3080 L’usage de drogues et d’alcool chez les lesbiennes | Comment ça va les filles?

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Comment ça va les filles?
Visibilité, santé, sexualité lesbienne: une campagne Yagg avec l'Inpes
Dernier Billet
articles | 30.05.2011 - 15 h 15 | 8 COMMENTAIRES
L’usage de drogues et d’alcool chez les lesbiennes

Si l’on manque de données sur l’usage de produits psychoactifs chez les lesbiennes, il semble communément admis que leur consommation d’alcool est plus élevée que chez les autres femmes. Même constat de surconsommation pour le tabac et pour le cannabis, ce dernier étant une drogue illicite.

Étiquettes : , , , , ,

Si l’on manque de données sur l’usage de produits psychoactifs chez les lesbiennes, il semble communément admis que leur consommation d’alcool est plus élevée que chez les autres femmes. Avec les conséquences que l’on sait en cas de consommation prolongée: cirrhose, cancer du foie. Même constat de surconsommation pour le tabac et pour le cannabis, ce dernier étant une drogue illicite.

DROGUES, DE QUOI PARLE-T-ON?
Lorsqu’on parle de drogues, on pense souvent produits illicites. Mais les substances psychoactives peuvent aussi être en vente libre ou sur ordonnance: l’alcool, le tabac sont des drogues, ainsi que certains médicaments (psychotropes notamment).
Pour s’y retrouver et connaître les informations concernant les produits, Drogues Info Service propose sur son site un Dico des drogues pour:

Pour chaque produit, vous trouverez des rubriques sur le statut légal, les modes de consommation, les effets recherchés, les effets secondaires, la dépendance, les risques et complications, des témoignages, des conseils de réduction des risques et le dépistage.

Toute consommation de drogues expose à des risques. Il est toujours préférable de s’abstenir, en tout cas de reporter la consommation quand on se sent mal ou qu’on éprouve de l’appréhension.

PRINCIPALES RECOMMANDATIONS
Les principales recommandations, qui s’appliquent à presque tous les produits psychoactifs (hors médicaments):

  • Ne pas consommer seul, choisir la compagnie de personnes que l’on connaît, dans un contexte rassurant
  • Faire attention aux doses surtout si c’est la première fois
  • Ne pas mélanger plusieurs produits ensemble
  • Limiter la fréquence de la consommation
  • Eviter de conduire un véhicule ou d’entreprendre une activité « à risques »
  • En raison des risques de transmission des virus de l’hépatite C et du sida, adopter des mesures de prévention le cas échéant (seringue stérile à usage unique, paille à usage unique, etc.).

On prend des produits pour diverses raisons (fête, volonté d’oublier ses problèmes, socialisation…). Mais on oublie parfois, si sa consommation devient habituelle pourquoi on a commencé à en prendre. C’est le phénomène de dépendance. Même si l’effet recherché est de moins en moins présent, on continue de consommer, on augmente les doses et avec elles les risques, on mélange des produits dont les effets secondaires s’additionnent ou se renforcent.

COMMENT LIMITER SA CONSOMMATION D’ALCOOL?
Pour limiter l’apparition d’une alcoolémie trop forte et trop brutale il est conseillé de ne pas boire à jeun, de ne pas boire trop vite, surtout les alcools forts, car il y a un décalage entre le moment où on boit et le moment où l’alcool fait pleinement effet. A quantités égales, les femmes et les personnes de faible corpulence subiront davantage les effets de l’alcool et doivent donc réduire d’autant leur consommation.

Ressources et liens
La brochure L du Crips sur la consommation de drogues.

L’association Keep Smiling

Drogues Info Service

Alcool Info Service

LES réactions (8)
L’usage de drogues et d’alcool chez les lesbiennes
  • Par luckygirl 21 Oct 2012 - 20 H 37

    Pourquoi laisser ce site qui était si bien à l’abandon ? Même si je sais que mamzelle Blan a pleins de projets différents en cours je trouve cela quand même dommage 😉

     
  • Par Christophe Martet 01 Juin 2011 - 15 H 04
    Photo du profil de Christophe Martet

    @Sylvie Merci pour ce document.

     
  • Par Sylvie Berrut 01 Juin 2011 - 12 H 54

    Effectivement, il y a encore (trop) peu de données sur ce thème en France et, plus généralement en Europe, mais les recherches menées dans certains pays comme les USA, le Canada ou l’Australie montrent qu’il y a des différences réelles en termes de consommation de tabac, d’alcool et de drogues entre les lesbiennes, les femmes bisexuelles et les femmes hétéros.

    Pour celles (et ceux) que ça intéresse, j’ai fait une petite recherche sur ce thème en Suisse romande:
    http://doc.rero.ch/lm.php?url=1000,41,4,20070918130708-RB/mem_BerrutS.pdf

     
  • Par Christophe Martet 30 Mai 2011 - 18 H 27
    Photo du profil de Christophe Martet

    @ Cat C’est pour ça qu’il faut répondre à l’Enquête gays et lesbiennes, car il y a pas mal de questions sur la consommation de drogues et d’alcool: http://enquetegayslesbiennes.fr

     
  • Par pucedepoesir 30 Mai 2011 - 18 H 24
    Photo du profil de pucedepoesir

    Tant que le café ne sera pas répertorié, je ne me sens pas concernée… Pourtant, je suis bien sûre d’être lesbienne. 😉
    Ah, et je suis suis à peu près certaine de m’amuser quand même !

     
  • Par cat 30 Mai 2011 - 18 H 08
    Photo du profil de cat

    dans ma banlieue, il est communément admis que les homos ne sont pas des gens normaux. 🙁

     
  • Par cat 30 Mai 2011 - 17 H 57
    Photo du profil de cat

    Seul le premier paragraphe est en lien avec le titre (non ?)
    Et justement, parlons du premier paragraphe.
    « Si l’on manque de données » & « il semble communément admis » me dérange terriblement.

    Il n’y a donc pas d’études quant à la consommation d’alcool ou de drogues chez les lesbiennes ? (et chez les femmes en général ?) chez les homos ? Y a-t-il d’ailleurs des données montrant des différences de comportement face à ses drogues dans la population homo et la population hétéro ?

     
  • Par Caro 30 Mai 2011 - 15 H 46
    Photo du profil de Caro

    Je vais faire la chiante, ok on est dans la campagne « Comment ça va les filles », mais les 2 dernières vidéos s’adressaient autant aux gays qu’aux lesbiennes : tatouages/piercings et alcool/drogues, il me semble que ces termes ne nous (les lesbiennes) pas spécialement réservés 😉 Donc messieurs allez aussi y jeter un oeil !

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    Publicité